de

Lipides, Nutrition, Cancer

logo UMR866

Séminaires LNC

Année 2013

 

Pr Jekaterina ERENPREISA   

Latvian Biomedical Research and Study Centre in Riga (Lettonie)

Jeudi 8 Mars 2013 à 14h00

Amphi Bataillon (faculté de médecine et de Pharmacie)

"'Resistence of tumour cells to genotoxic treatments: the role of reversible polyploidy and reversible senescence, the evolutionary origin of this response"

Jekaterina Erenpreisa is the head of a research group at the Latvian Biomedical Research and Study Centre in Riga. This group works on the cancer cell response to genotoxic treatments (radiotherapy, chemotherapy). Jekaterina was pioneer in showing that one of the main responses of tumor cells to these treatments was a prolonged arrest of cell divisions contrasting with a continuation of DNA replication. This results in a polyploidy inducing a definitive arrest of cell division (senescence) or lethal attempts to cell divisions (mitotic catastrophes). However, a very low ratio of tumor cells escape to these processes by succeeding an ordered depolyploidization through a non classical process that could be related to meiosis. These cells recover their clonogenicity and, in vivo, their tumorigenicity. This could be a major mechanism explaining tumor escape to apparently efficient treatments. The knowledge of this process can open new ways to cancer therapy.

Jekaterina Erenpreisa dirige à l’Université de Riga (Lettonie) une équipe de recherche sur la réponse des cellules cancéreuses à des traitements génotoxiques (irradiation, chimiothérapie). Elle a joué un rôle de pionnier en montrant qu’une réponse fréquente à ces traitements n’est pas la mort des cellules cancéreuses, mais un arrêt de leur division cellulaire contrastant avec la poursuite de la duplication de leur ADN. Il en résulte une polyploïdie provoquant un arrêt définitif de la prolifération cellulaire (sénescence) ou des tentatives létales de restauration des mitoses (catastrophes mitotiques). Un faible pourcentage des cellules tumorales échappe cependant à ces processus en réussissant une dépolyploïdisation ordonnée résultant d’un processus non conventionnel proche de la méïose. Ces cellules restaurent ainsi leur clonogénicité et, in vivo, leur tumorigénicité. Il s’agit sans doute d’un mécanisme majeur expliquant l’échappement des cancers à de traitements auxquels ils paraissaient pourtant sensibles. La connaissance de ce processus peut ouvrir de nouvelles voies au traitement des cancers.

 

Invitation: François Martin et François Ghiringhelli UMR866

Le séminaire aura lieu à la Faculté de Médecine Dijon

Renseignements - omicheau@u-bourgogne.fr Tel: 03 80 39 34 68.